Pascal Papé, un seconde ligne en guise de deuxième Gentleman de la JEANRICHARD Rugby Team!

PORTRAIT UNIQUE

1-Comment définirais-tu ta Philosophie de Vie ?

 Je suis quelqu’un qui veut profiter de la vie pleinement et au maximum. J’essaie de laisser de coté les mauvaises choses pour profiter des bonnes choses sans être pollué.

 2-Est-ce que le temps est un luxe pour toi ?

 Le temps qu’on a à vivre sur terre doit être un luxe. On doit vivre chaque instant  intensément.

 3-Décris-nous la minute la plus longue et la plus courte de ta vie ?

 Minute la plus courte : la naissance de mon premier-né ; cet instant est passé trop vite, sans même avoir le temps d’en profiter – un moment très intense et émouvant.

 Minute la plus longue : il y n’en a pas et selon moi, il ne doit pas en avoir.

 4-Si tu n’étais pas rugbyman, comment occuperais-tu ton temps ?

 Je ne sais pas. Je suis tellement entier, que je n’arrive pas à imaginer ma vie sans rugby.

 5-En quoi tes racines t’aident à aller de l’avant ?

 Je suis quelqu’un d’une famille modeste. J’évalue la chance que j’ai d’en être arrivé là. Mes racines me poussent tous les jours ; elles m’aident à me dépasser, m’accrocher malgré la difficulté et garder les pieds sur terre.

 6-Comment t’a-t-on transmis et comment transmets-tu ta passion ?

 Mon père m’a transmis cette passion. Mon père était joueur. Il m’a tout simplement inscrit au rugby. Que je joue était une évidence.

Quand mon fils me voit à la télé sur le terrain et qu’il me regarde jouer avec des grands yeux est la preuve que je transmets un peu ma passion !

 7-Comment expliquerais-tu ta place et ton rôle au sein d’une équipe ?

 Mon rôle est d’amener mon savoir-faire et d’être leader dans ce que j’apporte.  

 8-Comment te reconnais-tu dans les valeurs de JEANRICHARD ?

 L’élégance, la fiabilité et la fidélité.

 9-Quelles valeurs te ressemblent le plus ?

 La fidélité.

 10-Pour quelles causes t’investis-tu ?

 L’association AMREF, 1ère organisation panafricaine de santé publique. J’essaie de faire bénéficier ma position à ceux qui sont dans la souffrance et la pauvreté. C’est un moyen de rendre un peu ce que je reçois à ceux qui en ont besoin.